La naissance du SIEVA

L’ HISTOIRE  D’UN  SYNDICAT

LE  SIEVA

(Syndicat  Intercommunal  des  Eaux  de  la  Vallée  d’Ardières)Fontbel

Dès  la  fin  de  la  dernière  guerre  mondiale, nos  gouvernements  se  sont  inquiétés  des  équipements  ruraux. Ainsi  le  3  janvier  1946, le  gouvernement  institue  un  plan  d’équipement  national  d’alimentation  en  eau  potable. Le  3  octobre  1947, le  Conseil  Général  donne  délégation  à  une  commission départementale  pour  formuler  l’avis  réglementaire  sur  la  création  de  syndicats  intercommunaux, en  vue  de  la  réalisation  de  projets  d’alimentation  collective  en  eau  potable  destinée  à  la  consommation  humaine.

Le  1er  juillet  1948,  Monsieur  JANIN, personne  réputée  de  tempérament  autoritaire, ingénieur  en  chef  du  Génie  rural (actuellement  D.D.T. Forêt-Environnement), écrivait  au  Maire  de  BEAUJEU  pour :

–          proposer  un  projet  d’alimentation  en  eau  potable  de  la  région

–          assurer  la  liquidation  de  la  concession  de  la  Compagnie  des  Eaux  du  Beaujolais.

–          Organiser  l’ exploitation  du  réseau  existant  qui  ne  donnait  pas  satisfaction

Une  petite  anecdote : Monsieur  JANIN  proposait  au  Maire  de  BEAUJEU, Maître  SORNIN, un  dédommagement  de  10  litres  d’ essence  pour  envoyer  des  délégués  à  une  réunion  à  LYON.

C’est  le  27  août  1948  que  la  commission  départementale  donne  un  avis  favorable  à  la  création  du  SIEVA  et  l’arrêté  préfectoral  est  signé  le  8  septembre  1948.

Le  périmètre  du  SIEVA  est  tracé, et  comprend  les  communes  de : CHENELETTE, VERNAY, ST.DIDIER-sur-BEAUJEU, LES  ARDILLATS, BEAUJEU, QUINCIE, MARCHAMPT, REGNIE , DURETTE, LANTIGNIE, CERCIE, ST. LAGER, ST. JEAN  d’ ARDIERES, TAPONAS  et  une  partie  de  VILLIE-MORGON.

Ces  15  communes  représentent  aujourd’hui :

–          6900  abonnés

–          Près  de  15 000  habitants

Pourquoi  ce  périmètre ? Cette  vallée  de  l’ Ardières ?….Parce  qu’à  cette  époque  l’eau  déjà  distribuée  par  la  Cie  des  Eaux  du  Beaujolais  provenait  des  sources  situées  dans  le  massif  du  St. RIGAUD. Le  réseau  desservait  toute la  vallée  de  BEAUJEU  jusqu’à  BELLEVILLE.

En  raison  d’ un  désaccord  entre  le  Maire  de  BEAUJEU  et  le  Maire  de  BELLEVILLE  sur  l’ emplacement  du  siège  du  futur  syndicat , la  commune  de  BELLEVILLE  n’ a  pas  souhaitée  adhérer  au  SIEVA.

En  un  temps  record : du  15  mars  au  11  avril  1949, ces  15  communes  prenaient   des  délibérations  concordantes  pour  la  constitution  du  SIEVA. Ainsi  le  11  avril  1949, le  Bureau  est  formé  et  désigne  son  premier  Président : Maître  SORNIN , le  Maire  de  BEAUJEU. Deux  semaines  plus  tard, ce  même  bureau  lance  son  premier  emprunt. Voici  notre  SIEVA  mis à  flot !………Le  Baron  François  de  l’ Escaille, Maire  de  CHENELETTE  succédera  au  Maire  de  BEAUJEU, et  depuis  1989  c’est  le  Maire  de  LANTIGNE  Monsieur  Claude  JOUBERT   qui  assure  sa  destinée avec l’aide d’un comité syndical composé d’élus des communes adhérentes.

Ainsi  au  milieu  des  années  50 ( 1955 – 1956 ) les  habitants  de  TAPONAS  eurent  le  bonheur  d’ avoir  l’ eau  potable  dans  la  maison.

Pour  véhiculer  l’ eau  sur  l’ ensemble  du  territoire  syndical  et  jusqu’ à  votre  robinet, ce  n’est  pas  moins  de :

–          400  kms  de  canalisation

–          21  réservoirs

–          11  stations  de  pompage

Cette  eau  est  refoulée  d’ une  altitude  de  170  m.  ( champ  captant  de  TAPONAS ) à  785  m.  ( réservoir  des  Monnets  à  CHENELETTE ) par  des  pompes  dont  le  débit  peut  atteindre  120  m3/heure.

C’est  donc  58 mètres  de  canalisations  qui  sont  nécessaires  pour  alimenter  un  abonné.  A  titre  de  comparaison : BELLEVILLE  alimente  ses  3196   abonnés  avec  40  kms  de  canalisations, soit  12.50  mètres  par  abonné.

Tout  au  long  de  ce  réseau, le  service  de  lutte  contre  l’ incendie  dispose  d’environ  500  bornes, dont  18  sur  notre  commune.

Le  nombre  important  d’ ouvrages,  et  la  longueur  du  réseau  sont  le  fait  d’ un  relief  tourmenté  ( monts  du  Beaujolais) et  d’ un  habitat  dispersé ( mitage ) :  ce  qui    impact  considérablement  le  prix  de  l’ eau  payé  par  l’ abonné.

De  tout  temps, la  qualité  et  l’abondance  de  l’ eau  furent  les  soucis  prioritaires  des  élus  et  de  la  population.

Contrairement  à  la  rumeur, l’ eau  du  robinet  est  de  très  bonne  qualité, et  n’ a  surtout  rien  à  envier  aux  eaux  vendues  en  bouteilles.

Bien  entendu, de  temps  en  temps, nous  retrouvons  un  goût, une odeur  désagréable. En  réalité  ce  que  nous  percevons  résulte  d’une  adjonction  de  chlore  qui, au  contact  de l’ammoniaque, provoque  une  réaction  libérant  une  odeur  ainsi  qu’ un  goût (les chloramines),  que  nous  acceptons  difficilement. En  quantité  infime, le  chlore  est  indispensable  pour  préserver  l’ eau  des  bactéries  tout  au  long   de  son  trajet  dans  les  canalisations  jusqu’ à  votre  robinet. IL  ne   présente  aucun  danger  pour  votre  santé.        

Votre  syndicat  a  donc  obligation  d’ apporter  une  eau  potable   , en  abondance  et  en toute circonstance à  votre  robinet . Son  rôle  est  d’ anticiper  l’ avenir  sur  plusieurs  décennies, et  il  doit  donc  avoir  connaissance  des  orientations  économiques  des  municipalités.

De  plus, les  risques  de  pollutions  obligent  à  être  solidaires  avec  les  syndicats  voisins, à  mener  une  politique  d’ interconnexion  des  réseaux.

Tout  ceci  demande  des  investissements  lourds  et  forts  coûteux, investissements  qui  sont   à  la  charge  de  votre  syndicat, financés  en  partie  par :

–          la  part  SIEVA   cf. votre  facture  ( Distribution  de  l’ eau / Consommation )

–          des  subventions  de  l’ Agence  de  l’ eau  et  du  Conseil  Général ( Département )

Enfin  sachez  que  votre  commune  est  responsable  de  la  distribution  d’ eau  potable  et  de  la  dépollution  des  eaux  usées . Cette  responsabilité  est  cédée :

–          à  une  structure  intercommunale  en  l’ occurrence  le  SIEVA  pour  l’ eau  potable

–          à  une  société  privée  pour  la  collecte  et  la  dépollution  des  eaux  usées

En  résumé, nous, élus, devons  utiliser  au  mieux  l’ argent  du  contribuable  et  de  l’ usager. Tous  ces  équipements  sont  les  vôtres, nous  sommes  là  pour  gérer  et  prévoir  l’ avenir, comme  l’ont  fait  nos  prédécesseurs. Disons-leur  merci, et  à  votre  santé !